Duo Meïso Large

Relaxez-vous en flottant dans le cocon (meïsō)

Le projet (meïsō) est né dans la tête de deux jeunes et brillants entrepreneurs français qui nous invitent à nous relaxer en nous glissant dans un caisson de flottaison. Ils répondent aujourd’hui à une interview en exclusivité pour Axe Libre.

Nous recevons aujourd’hui Maïté Breger et Alexandre Kournwsky, les deux créateurs de (meïsō), le premier centre de flottaison de Paris, qui ouvrira ses portes officiellement en janvier 2015. La flottaison est une technique de relaxation et de développement personnel qui consiste à se laisser porter par une eau enrichie en sel de magnésium, maintenue à la température du corps, dans un cocon d’isolation sensorielle.

ConceptCoconMeiso

AL : Bonjour Maïté, bonjour Alexandre, et merci d’avoir accepté de partager avec nous un instant de zénitude ! Pouvez-vous tout d’abord nous expliquer en quelques mots comment vous est venue cette idée totalement incroyable de se lancer dans la fabrication du cocon de flottaison (meïsō) ?

Alexandre : L’idée a germé lors d’une résidence, en tant que designer dans un centre de recherche sur les capteurs cérébraux au CEA de Grenoble. J’étais intéressé par l’apport que pouvaient faire ces technologies sur la compréhension de certains états de conscience modifiés, comme la méditation, et in fine, comment elles pouvaient faciliter l’accès à ces pratiques introspectives dont les bienfaits sont de plus en plus reconnus. Durant mes recherches, je suis tombé sur le caisson d’isolation sensorielle qui m’a beaucoup intrigué et qui est resté dans un coin de ma tête. Ce n’est que 2 ans plus tard en rencontrant Maïté, passionnée par les techniques de relaxation et de visualisations positives, que nous avons décidé de faire un voyage à Londres, afin de tester les cocons du fabricant et plus grand centre de flottaison au monde : Floatworks.

Maïté : Et c’est une fois que l’on s’est retrouvé dans le cocon que l’on a « vu » notre futur centre. On s’est laissé porter pendant plusieurs séances et des images du design du lieu, des ateliers, des idées de guidances sont apparues naturellement. Nous étions tellement boostés d’optimisme que l’on s’est dit : « pourquoi est-ce qu’on le fabriquerait pas nous même ce cocon ? » C’est comme ça que nous nous sommes lancés à 100% dans le projet.

meiso

AL : Quelle est l’origine de cette tradition de la flottaison ? Y-a-t-il des études scientifiques qui prouvent ses bienfaits ?

Maïté : Les traditions de l’ascèse et de la méditation sont millénaires, que cela soit pour la santé ou pour ce qu’on appelle aujourd’hui le « développement personnel ». La flottaison a une histoire bien plus récente. Tout commence dans un laboratoire dans les années 50, où le neuroscientifique John Lilly tente de comprendre la conscience. Que nous arrive-t-il lorsque l’on est coupé des stimuli extérieurs? Pour résoudre cette question, il met au point, après plusieurs essais, un caisson rempli d’eau saturée en sel d’Epsom. Cette eau très dense, maintenue à température du corps, crée une sensation d’apesanteur et permet de diminuer la sensation tactile. Très vite, les personnes ayant testé le caisson rapportent des sensations de bien-être voire même des expériences mystiques. Quelques années plus tard, les premiers caissons industriels « Samadhi », voient le jour. Depuis cette époque, les caissons et cabines d’isolation sensorielles ont beaucoup évolués. Côté validation scientifique, on trouve plus de 230 études sur les effets de l’isolation sensorielle. La plupart portent sur les effets sur le stress et les maux liés aux stress. D’autres abordent le développement de la créativité ou de la concentration. Une des plus récentes menées par Anette Kjellgren and Jessica Westman, publiée le 25 octobre 2014 dans BMC Complementary and Alternative Medicine, démontre que la flottaison constitue une réelle thérapie préventive puisqu’elle réduit le stress, la dépression et la douleur. Il reste cependant encore plein de choses à découvrir à évaluer et c’est pour cela que nous souhaitons développer des outils de bio-feedback au sein de la Paillasse.

Historique flottaison caisson Isolation Sensorielle

AL : Vous avez fait le choix de tout fabriquer vous-même, le moule, les caisses de flottaison, le système de pilotage,… Pourquoi cette option et qu’est-ce qu’elle vous a apporté dans le processus de conception ?

Alexandre : En tant que designer, je n’étais pas convaincu par les récents cocons de flottaison. Bien que plus modernes avec leur forme d’œufs (au lieu du cercueil), ils avaient un manque certain d’ergonomie, à la fois pour l’utilisateur et pour le gérant. Ce n’est pas parce que l’on pense que la flottaison se suffit à elle-même que nous devons ignorer toute l’expérience utilisateur avant et après sa flottaison. Nous voulions donc proposer une meilleure solution. Sauf que fabriquer un objet si imposant n’est pas chose facile quand on n’a pas un grand budget. Il fallait faire avec nos économies et donc se débrouiller avec ce qu’on avait sous la main, en l’occurrence: une imprimante 3D. Cela s’est avéré être une solution très économique face aux procédés de fabrication traditionnels, mais beaucoup plus lente. Nous avons patienté 3 mois pour que chacune des 450 briques composant le moule soit imprimée. Pendant tout ce temps nous avons pu continuer le développement, et améliorer le dessin au fur et à mesure avec une certaine flexibilité. Imaginez la tête de l’industriel qui chaque semaine me verrait revenir pour modifier ça et ça, suite à de nouvelles infos, de nouvelles rencontres ou simplement de nouvelles idées. Nous avons la chance de vivre dans une époque où l’acquisition de nouvelles compétences est facilitée : quand on a besoin d’une solution, on apprend et on conçoit.

Fabrication cocon meiso 1

Fabrication cocon meiso 3

AL : Les premiers prototypes sont donc désormais prêts. Comment vous y êtes-vous pris pour finaliser la fabrication des cocons sans faire appel à un industriel ?

Alexandre : On s’y est pris en faisant beaucoup d’erreurs ! Je pense aussi que l’on a acquis un certain savoir-faire en débroussaillant la conception de nos cabines de flottaison, car je ne suis pas certain que des professionnels nous auraient suivis, il y avait trop d’inconnues et encore une fois, très peu de budget.

Mais c’est un véritable métier et maintenant que l’on a le mode d’emploi et la charte précise de toutes les pièces, nous sommes à la recherche d’un industriel français à qui confier la partie fabrication des coques.

AL : Pouvez-vous nous décrire une séance-type dans le caisson de flottaison ?

Maïté : En fait, il n’y a pas de « séance type » à proprement parler. Chacun voit et sent des choses différentes. Certains vont parler de visions colorées, d’autres de « vide ». Certaines personnes ne voient et ne sentent rien et s’endorment. Bon, c’est qu’elles étaient fatiguées il n’y a pas de mal à s’endormir ! La régénération s’effectue quoiqu’il arrive lorsque le corps est détendu. On conseille aux personnes de venir sans attente particulière et d’être dans une posture d’ouverture. Certains méditent, d’autres profitent simplement de ce moment de calme en apesanteur pour se détendre. Les sportifs peuvent l’utiliser pour la récupération musculaire tout en suivant une guidance pour développer leur pratique. On peut aussi profiter de cet état particulier pour réfléchir à un projet ou encore laisser libre court à son imagination et observer notre propre schéma de pensée. La cabine de flottaison est seulement un outil. Et l’on est libre de l’utiliser pour développer ce que l’on souhaite. Des guidances sont disponibles pour accompagner les personnes dans leur relaxation et tenter de répondre à leur problématique que cela soit le stress, le sommeil, la concentration…

Fabrication cocon meiso 2

AL : Quels sont les objectifs plus long terme que vous poursuivez avec ce projet ?

Maïté : Sur le long terme, on souhaite développer la commercialisation de la cabine et la vente d’espaces de flottaison. On compte aussi créer des centres de flottaison dans d’autres villes afin que plus de personnes puissent expérimenter la flottaison tout en bénéficiant d’un accompagnement. Pour nous la cabine de flottaison n’est pas seulement un accessoire de spa comme un jacuzzi ou un hammam. Cela nécessite des connaissances particulières de la part du gérant et une volonté réelle de privilégier le bien-être intérieur aux soins esthétiques.

AL : Vous lancez cette semaine votre campagne de crowfounding. Pouvez-vous nous en dire un peu plus et encore une fois, pourquoi avez-vous opté pour cette solution ?

Alexandre : Comme le prototype est en phase de finalisation et que nous avons un local, il était naturel de commencer à parler de l’ouverture. En plus de nous servir à communiquer, la campagne nous permet de récolter une avance sur l’exploitation, car il s’agit principalement de pré-ventes à presque moitié prix pour permettre à l’activité de démarrer au mieux. Nous avons aussi décidé de ne pas être hébergés par une plate-forme de crowdfunding, car nous étions peu satisfaits de l’ergonomie de ces dernières. Du coup, nous avons encore une fois choisi l’axe libre en développant notre système en interne, pour permettre à nos futurs invités de contribuer au projet en seulement 2 clics, sur une seule et simple adresse web et directement dans l’univers (meïsō).

Fabrication cocon meiso 4

AL : Une dernière question : combien de séances de flottaison avez-vous eu le temps de pratiquer pour faire face au stress du lancement et de la création d’entreprises 😉 ? Les apports en termes de bien-être semblent en tout cas à la hauteur quand on constate votre bonne humeur sur les photos du story-board !

Maïté : (rires) On a pas toujours été de bonne humeur en réalité. Il y a eu des moments éprouvants, physiquement surtout, et dans ces moments-là on aurait adoré flotter, mais on ne pouvait pas encore. Les expérimentations s’effectueront à La Paillasse dans les semaines à venir. Après et bien, en réalité nous ne sommes pas très stressés de manière générale. Certainement que des moments plus stressants sont à venir ! Mais pour l’instant, avec la méditation et quelques exercices de respiration nous arrivons à rester centrés.

AL : Merci d’avoir répondu à nos questions, bon courage pour le lancement du projet.

Maïté et Alexandre : Merci !

Découvrez ici la vidéo de présentation du projet :

Meïsō – Agir de l’intérieur from meïsō on Vimeo.

Pour aller plus loin

Le site internet de (meïsō) : www.meiso.fr

La page Facebook : https://www.facebook.com/EspaceMeiso

Le projet (meïsō) a été sélectionné pour faire partie des  » 200 bâtisseurs de demain «  pour l’exposition – OSONS LA FRANCE – qui aura lieu au GRAND PALAIS du 4 au 7 décembre ! Venez nous voir.
Rendez-vous sur http://osonslafrance.com/

2 réflexions sur “ Relaxez-vous en flottant dans le cocon (meïsō) ”

  1. Bonjour, très jolie initiative et réalisation, je vous souhaite de réussir votre futur développement.
    Pour ma part j’ai entrepris la construction en dur d’un bassin de flottaison, j’espère faire prochainement les derniers réglages.
    Pouvez-vous, s’il vous plaît, m’aider en répondant à quelques interrogations ?
    Qu’utiliser vous comme moyen/produit pour filtrer et nettoyer l’eau chargée de sel et le cocon ?
    Combien de temps la même « saumure » peut-elle être utilisée ? ou combien de fois ?
    Où puis-je me procurer à un prix raisonnable de grosses quantités de sel d’epsom ?
    Puisqu’il s’agit d’augmenter la densité de l’eau, peut-on envisager de mélanger le sel d’epsom (ma foi fort cher) avec d’autres « éléments (sels, liquide etc.).
    Merci
    En vous souhaitant une prospère évolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *