7a58a09d2c

WAR une machine d’expression

Rennes, est une ville où le street art prend une place prépondérante dans le paysage urbain. En ce mois de septembre, cet art est mis en avant dans la ville avec un hors série sur ces artistes qui colorent les murs rennais.

La couverture est dédiée à un artiste omniprésent à Rennes et qui répond au nom énigmatique de WAR. Un nom aux consonances violentes mais qui ne dévoile rien de son identité. L’artiste entretient le mystère jusqu’au bout, en donnant très peu d’interviews. Pour lui c’est avant tout une question de liberté mais aussi de sécurité car la pratique du street art reste encore un fait illégal.

Il/Elle n’utilise pas de bombe mais des pinceaux, son dessin est net et très détaillé. Ces œuvres sont murales, elles prennent l’ensemble de l’espace. WAR est généreux et monumental, ses œuvres sont repérables de loin. La plupart de ses œuvres sont signées comme les peintres d’un grand WAR avec une typographie bien spécifique. L’artiste utilise toujours une même gamme chromatique de tons assez neutres, qui se mêlent parfaitement aux décors. Ils s’est approprié l’ensemble de la ville, l’ensemble de ses œuvres ponctuent la ville de Rennes.

La plupart de ses motifs sont des animaux, exception faite à un sublime coquelicot d’un rouge vif. Il aime répondre aux autres graffeurs comme « les poules coucou » qui sont une réponse, un clin d’oeil humoristique aux « Autruches » d’Aryz (œuvre officiel réalisée à la demande de la ville de Rennes). Pour lui, c’est l’essence même du street art que de jouer avec le mobilier urbain mais aussi avec les autres artistes présents dans la ville.

Son travail a des similitudes avec Banksy (sans le côté militant) et aussi avec celui de Roa. Mais War se défend de ses deux comparaisons, la seule qu’il trouve juste est celle de Bonom, artiste bruxellois lui aussi adepte de l’art mural.

WAR est un artiste que chaque Rennais connaît sans forcément pouvoir le citer, c’est certainement  l’une des raisons qui ont poussé la ville de Rennes mais aussi le théâtre La Paillette de tout deux lui dédier la couverture de leurs publications respectives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *