banniere cavalier express

Cavalier Express

Alain Cavalier, inclassable cinéaste français né en 1931, est de retour dans les salles de cinéma avec « Cavalier Express », une suite de huit courts-métrages réalisés à différents moments de sa carrière. L’occasion de (re)découvrir ce réalisateur et documentariste atypique.

« Je crois que je ne filme bien que ce que j’ai appris à aimer », lâche Alain Cavalier dans « Lettre d’un cinéaste » (1982), l’un des courts-métrages proposé dans « Cavalier Express », sorti en salle le 12 novembre 2014. Au cours des huit films d’une dizaine de minutes présentés ici, c’est finalement le portrait du cinéaste qui se dessine progressivement. Une façon de renverser l’ordre des choses, puisque le nom d’Alain Cavalier est en partie connu pour les portraits de femmes exerçant des métiers en voie de disparition qu’il a réalisé dans les années 80-90.

Parfois touchants, parfois drôles, parfois étranges, ces courts-métrages s’articulent pour donner un ensemble d’une surprenante homogénéité. Des portraits de la matelassière ou de la rémouleuse au film intitulé « J’attends Joël », dans lequel il met en scène son angoisse de ne pouvoir assister à un match de la coupe du monde de football, « Cavalier Express » est aussi un témoignage. Celui du temps qui passe, et qui passe notamment par le regard sincère d’un homme à la curiosité bienveillante.

Voir la bande annonce

affiche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *