Archives pour la catégorie Spectacle

Envie de sortir ? Théâtre, concert, cirque, danse… ce ne sont pas les idées qui manquent !

L’Encens et le Goudron, une pièce de théâtre olfactive

L’Encens et le Goudron est une pièce olfactive, drôle et touchante, sur les troubles de la mémoire et le pouvoir des odeurs, écrite et jouée par Violaine de Carné jusqu’au 21 mars à L’Étoile du Nord Théâtre, dans le dix-huitième arrondissement de Paris.

Violette, une jeune femme ordinaire, est à l’hôpital où elle attend que son compagnon de longue date, Guillaume, se réveille suite à un accident vasculaire cérébral. Alors qu’elle espère et doute, elle rencontre d’autres patients en cours de rééducation et luttant contre les séquelles. Violaine de Carné est seule en scène, mais accompagnée d’une musicienne, et elle interprète et donne vie à une galerie de personnages truculents, d’Abu-Coffee le Togolais qui n’arrive plus à prononcer certaines consonnes à Bérangère l’aristocrate amnésique, sans oublier Rachid qui dit tout ce qui lui passe par la tête sans pouvoir s’arrêter : tour à tour, elle passe de l’un à l’autre, changeant le ton de sa voix, adoptant une posture et un accent propres à chacun, au point que même lorsque deux personnages dialoguent, le spectateur oublie qu’il n’y a qu’une comédienne en scène !

Dans la pièce, Violette se rend compte que des odeurs familières pourraient peut-être aider Guillaume à reprendre conscience, et le spectacle se transforme alors en une expérience olfactive, où le spectateur est transporté, grâce aux parfums projetés depuis la scène par le perfume jockey, au sein des souvenirs de Violette et Guillaume : une orange que l’on pèle, la forêt, l’encens, le poivre… Certains parfums persistent durant de longues minutes, tandis que d’autres forment une bouffée que l’on inspire et qui disparaît sitôt après. Ces odeurs provoquent en vous d’autres sensations et font de ce spectacle un spectacle total, mais certaines odeurs sont tellement évocatrices qu’elles convoquent parfois nos propres souvenirs…

L’Encens et le Goudron, une pièce à voir et à humer !

Karma Dance Project présente La Chair de mon âme

La compagnie de danse Karma Dance Project a présenté les 5, 6 et 7 mars sa dernière création au théâtre Berthelot à Montreuil. Composée de trois pièces originales chorégraphiées par Alice Valentin et Gigi Caciuleanu, La Chair de mon âme vous emportera dans l’univers captivant de cette compagnie intense et inventive.

10922076_10204920496106536_1364647946_n
Anne ­‐Sophie Bonnet – Résidence au CND – février 2015

Dans la première pièce, « The Light », les sept danseurs s’animent et se « désaniment » au gré de leurs contacts physiques. Ils passent ainsi de l’ombre à la lumière, de la mort à la vie, dans un mouvement tantôt à l’arrêt, tantôt impétueux, mais toujours d’une grande fluidité, hypnotisant le spectateur. « Étude n° 2 » associe sur scène un danseur à un clarinettiste. La musique donne alors vie au danseur, qui donne lui-même corps à la musique. Bref et enlevé, ce solo dépouillé peut, comme son titre l’indique, s’apparenter à une étude, nullement dénuée d’émotion et de souffle. Enfin, « Cinq », la dernière pièce du programme, est tout entière vouée au chiffre cinq : les cinq danseurs évoluent sur un quintette pour cordes de Mozart et arborent les chiffres I, II, III, IIII et V au dos de leur costume. Ils donnent à voir l’étendue des combinaisons possibles entre ces cinq unités, qui peuvent se répéter mais changent aussi sans cesse. Intrinsèquement uniques, elles font également partie d’un tout, qui donne finalement naissance à la quintessence.

Ne ratez donc pas les prochaines représentations du Karma Dance Project, une compagnie à suivre !

  • Pour en savoir plus sur la compagnie Karma Dance Project et suivre leur actualité, c’est par ici.
  • Photographie : © Anne ­‐Sophie Bonnet – Résidence au CND – février 2015

Hagards, comme un lapin dans les phares d’une voiture

Hagards, c’est un spectacle semi-improvisé, où les scènes sont écrites, mais lesquelles seront jouées, le soir où vous assisterez à la représentation, et par qui ? Chaque fois, ce sont des saynètes différentes qui s’enchaînent, selon le gré des comédiens, ou plutôt celui de l’un des comédiens, qui entraîne les autres et les emporte dans la scène qu’il leur faudra jouer, ensemble, à cet instant-là.

Continuer la lecture de Hagards, comme un lapin dans les phares d’une voiture