meludia

Apprendre la musique en s’amusant avec Meludia

La startup Meludia a décidé de révolutionner l’apprentissage de la musique en y intégrant une dimension ludique.

Oubliez le souvenir d’enfance de la vieille professeur de musique au regard sévère qui vous apprenait le solfège armée de sa baguette en bois ! Meludia veut que vous vous amusiez et que vous renouiez avec le plaisir de la découverte musicale.

Pour cela, Meludia propose des exercices dans différents niveaux (Débutant, intermédiaire, avancé et expert) regroupant des cycles d’une dizaine de sessions. Chacune de ces sessions regroupe des leçons à la difficulté croissante sur le rythme, la densité, la spatialisation, etc… Lorsque l’élève débute une leçon, il doit réussir le test, s’il souhaite accéder au niveau supérieur.

meludia_exercice

Dès l’inscription, on se prend au jeu et on se laisse tenter par cette approche ludique et le design soigné de l’interface qui nous plonge dans un univers dédié et on devient rapidement totalement accro !

Bastien Sannac, président de la start-up Meludia, a accepté de répondre à nos questions pour nous présenter plus en détails ce projet qui a gagné le Grand Prix et la Médaille d’or du concours Lépine européen 2014 et qui a levé 500 000 euros l’année dernière pour se développer.

AL : Bonjour Bastien et bienvenue dans le magazine Axe Libre. Comment vous est venue l’idée du projet Meludia ?

B : L’idée Meludia est née naturellement de ma rencontre avec Vincent Chaintrier en 2010. J’avais rencontré Vincent pour améliorer mes compositions, comme des centaines de musiciens avant moi. La méthode de Vincent a été d’une efficacité redoutable. Elle a changé toute ma perception de la musique, en amplifiant les émotions que je pouvais ressentir en écoutant et en jouant. En dix leçons, j’ai senti que j’avais plus progressé en 2 mois qu’en 15 ans de musique. J’ai dit à Vincent que sa méthode pouvait être adaptée sur une application en ligne, et ainsi être accessible au plus grand nombre. Alors nous nous sommes lancés !

AL : L’équipe fondatrice de Meludia regroupe un consultant en organisation, un expert en pédagogie, un ingénieur du son et un serial entrepreneur. Pouvez-vous nous dire ce qui vous a motivés à créer ce projet ensemble ?

B : C’est avant tout une vision et une ambition que chaque membre du projet porte et que Vincent nous a transmises. Au fur et à mesure des arrivées de Paul-Arthur (le serial entrepreneur) de James (l’ingénieur du son), mais aussi de tous les autres membres de l’équipe, cette vision a trouvé un écho et un relai. Et ce peu importe les compétences et le parcours de chacun…

AL : Votre approche est basée sur la méthode SEMA (sensations émotions mémoire analyse). Quels sont ses grands principes ?

B : L’approche SEMA se base sur une perception naturelle de l’apprentissage. Commencer par les sensations et les émotions permet à notre cerveau de mieux se repérer et d’aller plus vite. Ensuite peuvent venir les notions plus analytiques telles que la lecture, ou pour faire un parallèle avec notre langue maternelle, les règles de grammaire et les mots complexes. Pour résumer, l’approche SEMA, c’est un renversement de la chaîne d’apprentissage de la musique. Apprendre devient plus naturel, plus efficace et plus amusant.

meludia_apprentissage

AL : Dans mes souvenirs d’enfance, l’apprentissage de la musique c’était forcément « Passer par la case solfège, sinon rien ». Pensez-vous qu’on puisse aujourd’hui transformer cette première étape et devenir un bon musicien pour autant ?

B : C’est une excellente question, qui fait rejaillir des idées pédagogiques d’un autre temps… nous rencontrons chaque semaine des profils étonnants issus de cette éducation « le solfège sinon rien ». Bien que certains soient très doués, ils ne sont pas majoritaires. La plupart des personnes ont arrêté très tôt ou ne sont pas aujourd’hui ce que l’on pourrait appeler de « bons musiciens ». Ils peuvent être très performants dans le fait de lire une partition et de la jouer sur un instrument. Mais ils « n’entendent pas intérieurement » ce que joue la partition. C’est un peu comme si vous lisiez un livre, que vous pouviez lire chaque mot indépendamment les uns des autres, mais que vous ne compreniez pas le sens des phrases… En général, ces profils sont incapables de composer, d’improviser, ou même de jouer de leur instrument s’ils n’ont pas de partition devant eux. C’est un peu comme si vous ne pouviez pas discuter avec moi autrement qu’en répétant des phrases écrites dans un livre : ce serait dommage… Au contraire, tous les « bons musiciens » ont une bonne oreille. Ils ont développé leur oreille chacun à leur manière. Et les génies de la musique ont une oreille extraordinaire. Pour y arriver, ils ont souvent passé des heures à focaliser leur attention sur l’écoute des fondamentaux de la musique. Vincent a beaucoup étudié la manière dont travaillent les grands musiciens, et il a détecté des points communs fascinants.

AL : Vous déclarez sur votre site que 85% des enfants arrêtent la musique avant 15 ans. Souvent ils stoppent parce que l’apprentissage est un chemin long et nécessitant des efforts réguliers. Vous proposez à l’opposé une approche ludique basée sur le plaisir : ne craignez-vous pas que leur implication soit moins forte et qu’elle ne soit qu’éphémère ?

B : Nous avons choisi de construire Meludia comme une application ludique. C’est un peu comme dans « le livre dont vous êtes le héros » : vous avez une certaine marge de liberté, tout en évoluant dans un environnement contraint et progressif, qui déroule une histoire. Chaque histoire est différente, parce que chaque oreille est différente, avec ses forces et ses faiblesses. A chaque étape de l’histoire, vous évoluez, vous comprenez de nouvelles notions, vous approfondissez votre perception des émotions musicales, et vous constatez les progrès effectués dans la vraie vie. Soit en écoutant des morceaux, soit en jouant sur son instrument.

AL : Pouvez-vous rapidement nous détailler un « cycle » d’apprentissage si je m’inscris demain sur le site ? Vais-je interagir avec des personnes réelles ou rester seul face à mon écran ?

B : Quand vous vous inscrivez sur le site, vous avez le choix entre plusieurs parcours en fonction de votre niveau. Chaque parcours est composé de deux cents exercices très progressifs, qui vont développer votre oreille musicale sur toutes les dimensions de la musique. Aujourd’hui, vous pouvez comparer votre niveau avec vos amis directement sur la plateforme. Demain, vous pourrez jouer en collaboration ou en compétition avec eux !

AL : Vous déclariez dans Atlantico.fr il y a quelques mois, « Si on mène bien notre marque, toute la pratique musicale va être révolutionnée d’ici deux ans. ». Est-ce que Meludia ne peut pas être complémentaire aux méthodes traditionnelles selon vous ? Elle doit forcément les remplacer, les transformer ?

B : Meludia est un nouvel outil, mais il s’avère essentiel à tous les musiciens. Nous ne souhaitons remplacer personne, bien au contraire. Nous souhaitons permettre à l’éducation musicale de trouver de nouvelles clés pour adresser plus de personnes plus efficacement. Il s’agit donc d’une certaine transformation, mais pour le mieux. Imaginez donc : les musiciens pourront travailler leur musique n’importe où, n’importe quand.

AL : Vous avez remporté la médaille d’or du concours Lépine européen il y a quelques mois. Quelles sont les caractéristiques du projet Meludia qui ont particulièrement joué en votre faveur selon vous ?

B : Nous avons la chance d’avoir un projet qui est à la fois très innovant, et qui touche à la culture et à l’éducation. Je pense que les membres du jury du Concours Lépine ont été séduits par l’expérience d’apprentissage. J’ai entendu à plusieurs reprises : « j’aurais aimé avoir cet outil quand j’ai commencé la musique, quand j’étais plus jeune… ».

AL : Merci beaucoup d’avoir accepté cette interview pour le magazine Axe Libre et nous vous souhaitons un bon développement en 2015 !

B : Merci de nous avoir accueilli !

Pour en savoir plus :

Une réflexion sur “ Apprendre la musique en s’amusant avec Meludia ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *